Tuner de Brest

Le blog musical de la bibliothèque de Brest

Quand Dim’Ados nous nettoie les oreilles

 

Attation attation ! Nos petits petits camarades de chez Dimension Ados, les p’tits djeun’s de la blogosphère des bibs de Brest vous proposent deux super jolis nouveaux rendez-vous musicaux.

Nous avions déjà présenté ici Et si on écoutait autre chose que Justin Biber et One Direction… Rendez-vous est pris pour un article bi-mensuel. Et maintenant en voiture Simone ! Le deuxième épisode est en ligne depuis quelques jours.

Et maintenant une nouvelle série, elle aussi bi-mensuelle : Monte le son ! On vous concocte une playlist sur-mesure, surprise surprise, et le thème du jour c’est Votre playlist du matin

MonteLeSon_002

Attation ! Le deuxième épisode est en ligne… et il sent bon le printemps !

Vite la suite !

Et pour découvrir les contenus musicaux de Dimension Ados, vous pouvez cliquer sur le tag Musik en haut à gauche.

Produits d’ici !

« Produit d’ici », est un « Label » interne à la discothèque Arpège, créé pour mettre en valeur le fonds musical local, mais aussi départemental et régional. Nous souhaitons ainsi présenter à nos usagers les talents de chez nous, originaires de l’Ouest, installés dans la région, ou encore ayant pris leur envol du côté des scènes rennaises et nantaises.

Nous avons apposé une étiquette sur chaque disque de cette « sélection », qui touche tous les genres, nous n’avons cependant pas « labellisé » les musiques bretonnes (926) et les bagads (923), la souche est évidente.

Chaque mois, nous vous donnons rendez-vous sur le blog pour découvrir un artiste ou un groupe « d’ici », en espérant vous donner envie de les écouter et d’en connaître d’autres dans les rayons de la discothèque.

En ce début d’automne, nous vous invitons à illuminer la grisaille ambiante en fanfare, sur les rythmes joyeux et balkaniques de « Y’a du monde aux Balkans », comme leur nom ne l’indique pas, il s’agit bien entendu de la fanfare de la Rue Saint-Malo, composée de musiciens brestois et des environs…

L’album « Brestaki » est un mélange de sonorités slaves, orientales, ska, afro-beat…

Si vous les avez manqués l’été dernier en marge du Festival du Bout du Monde, venez goûter leur musique métissée, ensoleillée et festive à Arpège, ou encore achetez leur album, ou invitez les pour vos « fêtes de village, marchés, noces, banquets et tout évènement festif »…. (voir plus bas les coordonnée sur le site »…

Écoutez un extrait en cliquant ici :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

myspace de Y’a du monde aux balkans

Le site du groupe

Vidéo « Les beaux dimanches »2009 :

http://www.dailymotion.com/video/xaj7im
Y A DU MONDE AUX BALKANS Fanfare de la rue Saint-Malo

KittyKameraRegardez d’autres vidéos de musique.

http://www.completementalouest.fr/Y-a-du-monde-aux-balkans

À très bientôt sur Tuner de Brest, et à la discothèque Arpège

La musique, du bruit organisé ?

Alors que mon voisin effectuait des travaux chez lui, et que j’ai souffert toute la journée du bruit de la scie circulaire, de la perceuse, et toutes sortes d’engins de chantier, je me suis bêtement posé une question… Quelle différence y a-t-il entre le bruit et la musique ? Mis à part qu’on aime écouter la musique (ou pas), et qu’on a du mal à supporter le bruit.

Parfois la musique appelle le bruit, et le bruit appelle la musique. Pour preuve, lorsqu’on assiste à un concert, on ne peut s’empêcher d’applaudir, siffler, crier… Et dans l’autre sens, la perceuse de mon voisin, combinée à la scie, avait parfois des sonorités presque musicales…

Tout compte fait, pourquoi a-t-on appelé « marteau » le petit morceau de bois feutré qui frappe les cordes d’un piano ? Pourquoi la scie est-elle devenue un réel instrument du musique ? Et pourquoi la perceuse est parfois « à percussion » ? Les termes se chevauchent, et nombre d’artistes en on profité. L’exemple le plus flagrant nous vient des Etats Unis, avec le groupe Stomp (passé à Brest, au Quartz à plusieurs reprises), dont l’inventivité en a bluffé plus d’un. Ils jouent avec toute sorte d’objets, balais, couvercles, éviers, ventouses…

Une petite vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Bien sûr ce ne sont ni les seuls, ni les premiers. De tout temps, on a essayé de taper sur des objets ou de souffler dans des morceaux de bois pour en faire sortir un son. Mais encore faut-il organiser tout ça, afin d’en faire quelque chose de mélodieux à l’oreille. D’ailleurs, dans la musique contemporaine, on a souvent tendance (enfin, moi en tout cas), à être déboussolé, voire dégouté de certaines pièces. Certes, ce sont des instruments de musique qui jouent, mais dans une cacophonie presque insupportable. Pour exemple, cette pièce de Iannis Xenakis, assez difficile à entendre, et dont l’image tente de nous expliquer la construction de l’oeuvre, puisque même la partition n’est pas convetionnelle.

Image de prévisualisation YouTube

Autre exemple, dans un style tout à fait différent, cette oeuvre de John Cage que des gens sont venus écouter en payant leur place tout de même… Après, on adhère ou non, personnellement, j’ai du mal… Mais cette oeuvre est organisée, chronométrée, pensée, et très applaudie !

Image de prévisualisation YouTube

Dans le sens inverse, tous ces bruits que l’on trouve insupportables dans la vie courante peuvent, à contrario de certaines oeuvres ci-dessus, nous interpeller de façon beaucoup plus plaisante. Avez vous déjà entendu tomber une balle sur un sol en ciment ?

http://www.dailymotion.com/video/xddx10

Avec celle ci, vous ne verrez plus votre caisse à outils comme avant …

Image de prévisualisation YouTube

Tout est une question d’organisation, du moins tel que notre esprit la conçoit. Je vous laisse, j’ai une perceuse à écouter…

La musique fait du cinéma

La musique fait du cinéma

La musique et le cinéma sont indissociables. Du simple pianiste ou orchestre jouant dans les salles obscures, accompagnant ou ponctuant les projections, aux bandes originales, la musique est depuis l’origine, une des composantes essentielles du cinéma.

Si les premières partitions écrites pour le cinéma ne font « que » soutenir le discours cinématographique, au fil du temps la musique a dépassé le rôle de simple accompagnement sonore, pour apporter une dimension supplémentaire chargée de sens, elle participe au récit, induit, suggère, renforce, prépare, emporte…

Avec le temps, la musique se fond avec les images, et les réalisateurs y accordent une place croissante. Comme pour les films, il y a de véritables succès populaires, des œuvres majeures, « cultes », et des collaborations récurrentes entre metteurs en scènes et compositeurs qui partagent des univers et des sensibilités : Alfred Hitchcock et Bernard Hermann, Sergio Leone et Ennio Morricone, David Lynch et Angelo Badalamenti, Tim Burton et Danny Elfman, James Cameron et James Horner ; ou encore, Steven Spielberg et Georges Lucas avec le compositeur John Williams…Pour cette rentrée, en écho au lancement du prêt de DVD à Neptune, votre discothèque Arpège a choisi de sortir des bacs et de vous faire découvrir, ou redécouvrir, les plus belles BO du cinéma…

En attendant, voici en écoute une petite sélection…

Bonne rentrée à tous !


Kinder Zik, Nu-Zique, Mu »Z »ée…

Janvier, février, la discothèque Arpège a pris de nouvelles couleurs, les murs de la salle ont été repeints et les étagères sont installées…
Petite réflexion… Que va-t-on mettre en valeur cet hiver ? Un genre ou un label particulier ?… Finalement, pour une fois, on se base sur les jaquettes des CD, cela nous permet de sortir un peu de tout, et tout le monde s’y retrouve…
Nous choisissons des disques aux jaquettes originales, selon 8 thématiques :
« Cités Ziq », « Kinder Ziq », « Nu-Zique », « En plein Cœur », « La vie des bêtes », « Psyché », « Mu »Z »ée », et « Atypiques »…

Cela fonctionne bien, les présentations plaisent au public qui se sert sur les étagères, remises à flot régulièrement…

Très prochainement, c’est l’Irlande qui habillera nos murs et fera chanter nos étagères…

À bientôt à la discothèque.

Les anciens billets »