La Baie des Trépassés Archives - TUNER DE BREST : TUNER DE BREST

TUNER DE BREST

Le site "multi-méd" des Bibliothèques de Brest

Champagne pour John Steed !

Cathy Gale, Emma Peel, Tara King, Mère-Grand et nous-même sommes tout tristes aujourd’hui ! John Steed nous a quittés ! L’homme qui manie l’épée tout en offrant des fleurs. Le gentleman avec qui c’est toujours l’heure du CHAMPAGNE !

Daniel Patrick MacNee, Mesdames Messieurs, est décédé hier, 25 juin 2015.

JSteed1

Pour nous consoler, nous vous proposons de vous régaler avec les génériques de la série « The Avengers » ou « Chapeau Melon et Bottes de Cuir » comme on dit chez nous 🙂 ! J’exclue de ce panorama les génériques de la toute première série dans laquelle John Steed a pour partenaire un certain Doctor David Keel, ainsi que « The New Avengers« , qui fut diffusée à partir de 1976 et qui n’est vraiment pas digne de la série mère ! beaucoup le pensent et je partage cet avis (dommage pour la délicieuse Joanna Lumley, vedette féminine de la sous-série, que l’on retrouvera quelques années plus tard, éblouissante et drôlissime dans « Absolutely Fabulous » !).

1962-1964 – Cathy Gale

 

En duo avec Cathy Gale (jouée par la sublime Honor Blackman). Nous en devons la musique de générique, très jazzy, à John Dankworth.

1965-1968 – Emma Peel

C’est la période fameuse, la référence absolue ! La période CLASSIQUE de « The Avengers« , avec la magnétique Diana Rigg, alias Mrs Peel ! En noir et blanc au début (et quel noir et blanc ! des épisodes d’une beauté non égalée à l’époque), puis apparaît la couleur en 1966.

La musique que tout le monde a retenue, c’est celle de Laurie Johnson (tin tin tin lin tin tin tin lin lin 😉 too loou loouu loou lou…) ! Hop !

 

1965-1966

1967 : La grande grande Classe !!! Champagne !

L’épisode « Chessboard »/ »Echiquier »

1968-1969 – Tara King

Dernière période « regardable ». Le niveau baisse un peu mais le style est toujours là ! Linda Thorson est charmante et l’on ne boude pas le plaisir de revoir les épisodes de cette période, tellement british, tellement fin sixties !

Il existe un site encyclopédie sur la série : The Avengers Forever.

La discographie terrienne du Dr Spock

Les Vulcains sont tout tristes… 🙁

Captain Kirk et Dr Spock

Et les Terriens aussi ! Leonard Nimoy, ZE Doctor Spock en personne, nous a quittés ! Son nom est si fortement associé à son rôle de Vulcain dans Star Trek qu’il a donné à ses deux autobiographies les titres de « I am Spock » (1975) puis « I am not Spock » (1995). Hommage du New York Times

Né en 1931 à Boston de parents immigrants juifs originaires d’Ukraine, Leonard Nimoy débuta sa carrière de comédien à 8 ans dans des pièces de théâtre de quartier. Son père lui suggéra plus tard d’apprendre AU MOINS l’accordéon ! Encouragé par son grand-père il suivit la voie de la comédie, et étudia également la photographie.

Pour le détail de sa biographie, avant, pendant et après « Startrek », on ne parle que de lui sur le net et dans la presse d’aujourd’hui. Read it. Article dans Huffington Post.

Le saviez-vous ?  Leonard chantait !

Il a même cinq albums à son actif ! Ah !

Le premier album…

Spock Sings
Influence STAR TREK évidente : Mr. Spock’s Music from Outer Space 😉 … Il parle beaucoup, chante un peu, par exemple « By Myself » magnifique chanson créée par Fred Astaire.

Outer Space by Cath Brot on Grooveshark

2ème album : « Two Sides of Leonard Nimoy »

Two sides… les deux côtés de Leonard Nimoy : encore un peu de science-fiction, mais plus tant. Tonalité « country main stream », jugez-en plutôt.
Dr Spock by Cath Brot on Grooveshark
Les 3 albums suivants proposent des reprises folk et country.

Kirk et Spock réunis dans cet album ! Et Hop à écouter sur Spotify : « The Best Of Leonard Nimoy and William Shatner« .  Leur deux voix en alternance. Les monologues inspirés de William Shatner, les chansonnettes de Doctor Spock.

William Shatner, l’acteur qui incarne Captain Kirk dans la série Star Trek, avait enregistré en 2004 un très bel album : « Has been« , aux textes très autobiographiques.

William Shatner by Cath Brot on Grooveshark

Leonard Nimoy guest star…

Oooh ! Les très charmantes BANGLES se sont trouvé un chauffeur très très classe… et très blasé !


Incroyable ! Bruno Mars vient le chercher en 2011 pour ce clip

Live long and prosper !

R.I.P. José Artur

Radio Hécatombe !!!

Exit Papa Foulquier en 2013 !

Adieu Grand-Papa Chancel fin 2014 !

24 janvier 2015 : disparition de José Artur ! Bon ça va aller oui ?

Photo de Guy Le Querrec

 

Ces trois grandes voix de France Inter (mais pas que) ont chacune à leur manière fait aimer la musique, les musiques !

 

Jean-Louis Foulquier, l’initiateur des Francofolies de La Rochelle, a créé et animé de nombreuses émissions consacrées à la chanson francophone. C’est, personnellement, grâce à lui que j’ai découvert des artistes dont on ne parlait nulle part ailleurs : Albert Marcoeur, Plume Latraverse, Antoine Tomé, David McNeil, Gilbert Lafaille

 

Jacques Chancel ! Ah Jacques Chancel et ses 1878 Radioscopies ! Grand homme de radio, donc, et inventeur de cette institution du petit écran qu’était son « Grand Echiquier » ! Où l’on pouvait entendre de la grande musique à une heure de grande écoute, sur la Deuxième Chaîne de l‘O.R.T.F. ! Ouah ! il osait consacrer trois heures d’émission à de grands interprètes classiques ! Alexis Weissemberg, Mstislav Rostropovich, Herbert von Karajan, Arthur Rubinstein, Yehudi Menuhin, Michel Legrand…

José Artur

De 1965 à 2005, José Artur occupa la tranche horaire de fin de soirée sur France Inter avec l’emblématique « Pop Club » ! Déjà dedans il y avait « Le disque pop de la semaine » alors rien que cela justifie cet hommage ! Et toc 🙂 ! C’était « THE PLACE TO BE » : l’émission se tenait au Fouquet’s les dernières années, précédemment au Drugstore Publicis. Incontournable pour tous ceux qui avaient une actualité à défendre, il fallait absolument passer dans le cosy corner arturien 😉 . Et le style Artur… inimitable. Il avait un art d’interviewer bien à lui, moqueur, charmeur, malin, doué !

Je cite l’article paru dans L’Humanité le 24 janvier dernier : « c’est à la radio, derrière un micro, qu’il trouva sa pleine dimension. Aux ­manettes du Pop Club, il était le roi du pétrole, le roi des ondes, heureux de faire partager son goût immodéré pour le théâtre, le cinéma, la littérature ou le jazz, bref, le goût des autres. Étant donné l’heure de son émission, 22 heures ou 23 heures selon les époques et les directeurs d’antenne, il lui était impossible physiquement d’aller au théâtre ou au concert. Qu’à cela ne tienne. En l’écoutant, on avait le sentiment qu’il avait tout vu, tout lu. Il arrivait que ses invités, qu’on imaginait sauter dans un taxi après le spectacle, soient en retard. Cela ne l’effrayait pas. Artur, qui disait avec amusement qu’il avait « inventé l’interview monologue », était capable de « meubler », comme on dit dans le jargon, avec un flegme impressionnant, de faire les questions et les réponses, et lorsque les comédiens débarquaient dans le studio, tout essoufflés, l’émission reprenait de plus belle. Souvent, José Artur leur demandait de dire un extrait de la pièce qu’ils jouaient. Comme ça, tout à trac. Et c’était formidable. Pour toute la bande de joyeux trublions qui partageaient l’antenne. Mais aussi et avant tout pour l’auditeur qui, à mille lieues de là, partageait ces instants savoureux quand aujourd’hui il est considéré comme un vulgaire consommateur, susceptible d’infléchir ou pas la courbe de l’Audimat. »

Pub ! Réclame !

Souvenirs Souvenirs ! Oui ! Avec José Artur, effet « Madeleine de Proust » immédiat : le nom provoque la survenue de mille souvenirs car cet homme là, je crois que je l’ai entendu dès mes premières heures sur cette Terre ! La voix de José Artur c’est la voix familière et même familiale par excellence. Proust et sa madeleine… Pérec et son « Je me souviens« . Une fois n’est pas coutume, ce billet aura une touche très personnelle… à l’aide de la technique « jemesouvientique » donnée au monde par le regretté Georges Pérec !

Je me souviens d’une interview de Paul Mc Cartney parlant français et faisant de l’humour. Quand José Artur lui demanda s’il parlait le français, il répondit : « Oui, un petit pois ! »

Je me souviens de John Lennon chantant « Sur le pont d’Avignon« .

Je me souviens de Renaud interprétant une vieille chanson « à rime attendue » très grivoise : « La jeune fille du métro« .

Je me souviens d’Yvan Dautin chantant « Aux fous les pompiers » et « La méduse de Saint-Malo« .

 

Je me souviens que José Artur invitait souvent Ricet Barrier et Georges Wolinski (qui, crois-je savoir, était parrain de l’un des deux enfant de M. Artur, l’autre parrain étant si je ne m’abuse Pierre Perret). Voilà pour l’aspect peoplette 🙂 . Ricet Barrier donc… Ah oui ah ah ah ! car comme disait aussi  José Artur : « Mieux vaut être Ricet Barrier que pauvre et célibataire« .

Je me souviens d’avoir vu José Artur dans une émission télévisée humoristique des années 60. Etait-ce « Les grands enfants » ce programme où se retrouvaient Jean Yanne, Jacques Martin, Francis Blanche, Jean Poiret et tant d’autres ? Mais je ne retrouve pas trace de sa présence dans cette émission précise. Extrait d’un épisode avec « Le jeu de la mémoire ».

 

Je me souviens que le jeune Patrice Blanc-Francard était son D.J. dans le « Pop Club« , et que quelques années plus tard P. B.-F. animait une émission que j’adorais et qui passait en semaine à 20h00. Elle s’appelait « Loup Garou » ! Ahhhoooouuuuuu ! José Artur n’a-t-il pas également fait débuter Bernard Lenoir ?

Super ! José Artur et Patrice Blanc-Francard parlent plaisamment de Soft Machine (on n’a pas le droit d’intégrer cette vidéo INA… d’où ce lien). En fait ils font la promotion de Pop2, la pop émission de la 2ème chaaaîîîîîne 🙂 .

Je me souviens que dans les années 80 il animait l’après-midi une émission avec une graphologue. Elle analysait l’écriture d’une personnalité dont José Artur, caché derrière un paravent (?), devait deviner l’identité. Elle s’appelait « A qui ai-je l’honneur ? » (l’émission… la graphologue, c’était Noëlle Robert).

Je me souviens qu’un après-midi, lors de vacances scolaires en 1977, un sujet réalisé par ses soins pour la télévision, et consacré au dadaïsme, ouvrit ma curiosité et mon esprit à l’art poétique ! On y entendait une chanson qui m’a marquée infiniment : « Chanson Dada« . Texte de Tristan Tsara, chanson interprétée par Boris Vian. Je me souviens du refrain « Mangez du chocolat ! Lavez votre cerveau ! Dada ! Dada ! »

Je me souviens que chaque veille de parution de « Charlie Hebdo » et du « Canard enchaîné » José Artur faisait sa revue de dessins de presse.

 

Je me souviens d’un appel téléphonique vers la fin des années 80, le matin à mon arrivée au travail. Décroché le combiné, appliqué l’oreille sur l’écouteur, une voix ! La voix de José Artur qui appelait pour remercier notre directeur pour l’attribution d’une subvention à une manifestation dont il était le parrain ! Que demander de plus après cela ! J’ai parlé au téléphone à mon idole de radio ! Il a prononcé mon nom ! WA !

 

Merci Monsieur Artur pour toutes ces années inspirantes ! Quel passeur vous faîtes ! et toujours si plaisamment ! Comme le dit si bien Patrice Blanc-Francard : « dans l’irrévérence sympa » ! Chapeau haut 😉 !

 

S’il-vous-plaît rendez visite à José Artur sur cette page d’hommage sur le site internet de France-Inter ! On y trouve, entre autres extraits, plusieurs versions des génériques du Pop Club !

 

Voici un montage des génériques du POP CLUB : Claude Bolling et Les Parisiennes, Bernard Lavilliers, Pierre Perret, Serge Gainsbourg, Chagrin d’Amour,

Cerise sur le gâteau ! José Artur était, en 2009, l’invité de Romain Baumgartner. Et cela se passait à Brest, au Quartz, lors du Festival LONGUEUR D’ONDES ! Attention c’est de l’Histoire avec un grand H là ! WA ! 😀 !

La zizique à Cabu #2… Jazz !

Le 7 février disparaissait le cher Cabu. Tuner de Brest a déjà rendu hommage dans deux articles au génial dessinateur, amateur de chanson et de jazz. L’hommage continue.

 

Depuis trois semaines, la discothèque de prêt propose à ses habitués une table avec des reproductions de dessins de Cabu illustrant sa passion du jazz, et bien-sûr des CD représentant le jazz que Cabu aimait : du jazz un peu « vintage », Louis Armstrong, Cab Calloway, Sydney Bechett… et les divins Duke Ellington, Count Basie, Oscar Peterson etc.

New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New
Cabu002

 

Pour continuer l’hommage, voici encore quelques vidéos Cabu-Jazzesques.

ATTENTION !

 

Vous ne pouvez regarder cette vidéo que jusqu’au 18 février 2015 ! Profitez-en ! Il s’agit de l’hommage à Cabu diffusé sur France-Inter peu après le massacre.

Allez hop !

Le 17 janvier 2013, Cabu raconte Ellington !


 
Cabu au Caveau de la Huchette, au moment de la sortie de son livre « Cabu Swing ». Je trouve touchantes les réactions des gens qui regardent les magnifiques dédicaces personnalisées que Cabu a dessinées sur leurs exemplaires de « Cabu Swing ».
 

 
Là on se rend chez Cabu, pour voir comment il l’aime et comment il en croque, des jazzeux (ou pas) !


CABU par RTS

Et maintenant voici une jolie playlist concoctée par le super génial site RF8 : Le Jazz à Cabu.

Reportage lors d’une exposition « Cabu et le jazz », à Orléans

Bon anniversaire Monsieur Jean Cabut

Il a 77 ans aujourd’hui !

 

Jean Cabut © Vincent Josse - RF new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new new
Jean Cabu © Vincent Josse – RF

Ohé Cabu, hello Jean Cabut ! Ecoutons le en musique dans cette belle émission que lui a consacré Karine Le Bail, sur France Musique dans l’émission « Les greniers de la mémoire ». Vous pouvez écouter ce podcast jusqu’au 7 octobre 2017.

Il y parle encore et toujours de Charles Trénet, de Cab Calloway…
début

programmation musicale

Extraits des émissions

Cabu
J’avais vingt ans, prod. Stéphanie Duncan (2005)
Jeu d’archives, prod. Antoine Perraud (2007)
A voix nue, prod. Patrice Tourne (2007)
L’Atelier, prod. Vincent Josse (2013)
La Matinale culturelle, prod. Vincent Josse (2014)

Les anciens billets »