Les recalés aux bacs Archives - TUNER DE BREST : TUNER DE BREST

TUNER DE BREST

Le site "multi-méd" des Bibliothèques de Brest

Rockcollection yéyé

Cet article est le n°8 sur 8 de la série Les recalés aux bacs

The french Mademoiselle…

Que diriez-vous d’une petite escapade YÉYÉ ? Voyage dans le temps, le temps du twisting’ jerkin’ rockin’ psychédélique Paris !

En 1967, la jeune Jacqueline Taïeb (19 ans) devançait de 10 ans le Rockcollection de Laurent Voulzy avec ce tube : « 7 heures du matin« , dans lequel elle invite ses pop stars favorites pour évoquer son quotidien. Voici ce qu’en dit BIDE ET MUSIQUE : « c’est le rockcollection des yé-yé composé et interprété par une jeune fille talentueuse de 19 ans sous fond de pop psychédélique. » Et attention Mesdames Messieurs ! Ce petit prodige est l’auteur et la compositrice de cette chanson devenue CULTE !
Taieb01

7 heures du matin (1967)

 

Plusieurs spots publicitaires récents ont ré-utilisé ce tube qui sonne quand même très moderne (Lolita Lempicka, Les Trois Suisses, Bentley, Mini Store ) ! c’est pourquoi il semble familier à nombre d’entre nous ! La fraîcheur du texte, mêlant des allusions aux Who, à Paul McCartney et à Elvis Presley, et les préoccupations existentielles de la jeune étudiante…

« J’trouve plus ma brosse-à-dents Où elle passée celle-là encore ? »

« Euh, je mets mon shetland rouge ou bien mon shetland bleu ? »
Jacqueline Taïeb a bien dit que son texte est très auto-biographique. C’est la description du calvaire quotidien de l’étudiante qui se lève péniblement à 7 h du matin 😉 !

Elle est formidable ! Quelques décennies plus tard elle reprend sa chanson en anglais, mais c’est maintenant « 7 PM », 7 heures du soir donc ! et la dame se réjouit de voir arriver la nuit ! Ca va swinguer pour Jacqueline !

Signalons également que « 7 heures du matin » a été repris par Mareva Galanter. Euhhhhhh… pour vous je ne sais pas, mais moi je préfère l’original !

La fac de lettres

Ô nostalgie sixties quand tu nous tiens ! Dans ce très joli scopitone pour « La fac de lettres », Jacqueline nous régale de détails sur la vie étudiante, et c’est l’occasion de voir à deux reprises le tout jeune Michel Fugain en figurant (à 39 secondes pour commencer…). Egalement totalement autobiographique, comme le confiera plus tard la french demoiselle… Vous avez pu entendre cette chanson dans « La guerre est déclarée », film de Valérie Donzelli.

Tiens d’ailleurs, quelques années plus tard Jacqueline Taïeb a écrit pour Michel Fugain : « Les Sud-Américaines »… « que c’est bon que c’est beau que c’est chaud que c’est beau tout ça !!! » OOOOUUUUIII !

 

On roule à 160

J’ai également un faible pour cette chanson-là ! Très politiquement incorrecte cette petite jeune fille qui se targue de rouler sans permis : « on ne fait qu’un petit tour on roule à 160 » (cent-soixanteuuuuuuuhhh 🙂 ).

J’suis pas nette

Je l’avoue, j’aime beaucoup !

Tiens ! une autre version, apparemment extraite d’un programme TV québécois (Le maudit tabarnak) où elle passe devant un pseudo-jury de radio-crochet auquel participe Fabienne Thibault!

… Tout sur la french rockeuse

Si vous voulez en savoir plus sur Jacqueline Taïeb, vous ne manquerez pas de ressources sur le web. Elle a écrit beaucoup de chansons pour d’autres chanteurs. Elle a également beaucoup produit et enregistré aux Etats-Unis. Elle a même enregistré un disque de reprises d’Elvis Presley !
Taieb02

Pour en savoir plus…

En double bonus…
Son passage dans l’émission de Jacky le magnifique : Le JDDA (Jacky Journal D’Aujourd’hui). Ici vous en apprendrez bien plus que par la lecture de tous les articles ! Et coup de chapeau à Jacky pour sa vie son œuvre 🙂 !

Une playlist de 39 vidéos, repérée sur YouTube.

S’il vous plaît… Maestro Wenarto !

Cet article est le n°7 sur 8 de la série Les recalés aux bacs

Wenarto

Entre émotion vraie et grosse crise de rire, non moins réelle… Ce Monsieur : Maestro Wenarto, croisé sur YouTube grâce à une collègue aux aguets, est un grand amateur d’art lyrique, eh bien le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il met tout son coeur dans ses interprétations ! Ah ! regardez et écoutez le dans le merveilleux air de Francis Poulenc : « Les chemins de l’amour » (ou, dit par lui, « Les chemins de l’amoule 😉 ).

Les chemins qui vont a la mer
Ont garde de notre passage
Des fleurs effeuillees et l’echo sous leurs arbres
de nos deux rires clairs
Helas, des jours de bonheur
Radieuses joies envolees
Je vais sans retrouver traces dans mon coeur

Chemins de mon amour
Je vous cherche toujours
Chemins perdus, vous n’etes plus
Et vos echos sont sourds
Chemins du desespoir
Chemins du souvenir
Chemins du premier jour
Divins chemins d’amour

Si je dois l’oublier un jour
La vie effacant toute chose
Je veux dans mon coeur qu’un souvenir repose
plus fort que notre amour
Le souvenir du chemin
Ou tremblante et toute eperdue
Un jour j’ai senti sur moi bruler tes mains

Chemins de mon amour
Je vous cherche toujours
Chemins perdus, vous n’etes plus
Et vos echos sont sourds
Chemins du desespoir
Chemins du souvenir
Chemins du premier jour
Divins chemins d’amour

Etonnant non ? Je l’aime particulièrement dans le répertoire français. Romantiquissime dans l’Elégie de Jules Massenet !

Ô, doux printemps d’autre fois, vertes saisons,
Vous avez fui pour toujours!
Je ne vois plus le ciel bleu;
Je n’entends plus les chants joyeux des oiseaux!
En emportant mon bonheur…
Ô bien-aimé, tu t’en es allé!
Et c’est en vain que revient le printemps!
Oui, sans retour,
avec toi, le gai soleil,
Les jours riants sont partis!
Comme en mon coeur tout est sombre et glacé!
Tout est flétri
pour toujours!

Alors là je n’y tiens plus ! rire mais rire 😀 !!! Le revoici le revoilà dans « La diva de l’empire« , du grand Maître Satie !!! Je jubile !

Sous le grand chapeau Greenaway,
Mettant l’éclat d’un sourire,
D’un rire charmant et frais
De baby étonné qui soupire,
Little girl aux yeux veloutés,
C’est la Diva de l’Empire.
C’est la rein’ dont s’éprennent
Les gentlemen
Et tous les dandys
De Piccadilly.

Dans un seul « yes » elle met tant de douceur
Que tous les snobs en gilet à coeur,
L’accueillant de hourras frénétiques,
Sur la scène lancent des gerbes de fleurs,
Sans remarquer le rire narquois
De son joli minois.

Elle danse presque automatiquement
Et soulève, oh très pudiquement,
Ses jolis dessous de fanfreluches,
De ses jambes montrant le frétillement.
C’est à la fois très très innocent
Et très très excitant.

Ô divin ravissement ! voilà qu’il s’en prend au répertoire traditionnel des Noëls provençaux ! Mon coeur s’envole comme un jeune faucon 🙂 ! « La cambo mé fai mau »

Lia proun de gènt que van en roumevage
Lia proun de gènt que van en Betelèn
Li vole ana, ai quàsi proun courage
Li vole ana, s’iéu pode camina
La cambo me fai mau, bouto sello, bouto sello
La cambo me fai mau, bouto sello à moun chivau
Toui lei bergié qu’èron sus la mountagno
Toui lei bergié an vist un messagié
Que li a crida: Metès-vous en campagno
Que li a crida: Lou Fiéu de Diéu es na!
La cambo me fai mau, bouto sello, bouto sello
La cambo me fai mau, bouto sello à moun chivau
En aquest tèm lei fèbre soun pas sano
En aquest tèm lei fèbre valon rèn
Ai endura uno fèbre quartano
Ai endura sènso me rancuna
La cambo me fai mau, bouto sello, bouto sello
La cambo me fai mau, bouto sello à moun chivau
Quand aurai vist lou Fiéu de Diéu lou Paire
Quand aurai vist lou Rèi de Paradis
E quand aurai felicita sa maire
E quand aurai fa tout ce que déurrai
N’aurai plus gis de mau, bouto sello, bouto sello
N’aurai plus gis de mau, bouto sello à moun chivau

Wenarto01

Bon je m’arrête là. Vous trouverez sur la chaîne YouTube « Maestro Wenarto sings classical music »  une cinquantaine de vidéos ! Cet artiste peintre et photographe, résident de Seattle, a aussi un site internet et c’est sur son compte vimeo que se trouve la plus grande partie de son oeuvre enregistrée et filmée !!!

Allez on s’en repaie une petite tranche ! Appréciez la mise en scène !!! « Connais-tu le pays ?« , extrait de « Mignon » d’Ambroise Thomas.

 

Connais-tu le pays où fleurit l’oranger
Le pays des fruits d’or et des roses vermeilles
Où la brise est plus douce et l’oiseau plus léger
Où dans toute saison butinent les abeilles
Où rayonne et sourit comme un bienfait de Dieu
Un éternel printemps sous un ciel toujours bleu.
Hélas que ne puis-je te suivre
Vers ce pays lointain d’où le sort m’exila
C’est là, c’est là que je voudrais vivre
Aimer, aimer et mourir
C’est là que je voudrais vivre
C’est là, oui c’est là.
Connais-tu la maison où l’on m’attend là-bas
La salle aux lambris d’or où des hommes de marbre
M’appellent dans la nuit en me tendant les bras
Et la cour où l’on danse à l’ombre d’un grand arbre
Et le lac transparent où glissent sur les eaux
Mille bateaux légers pareils à des oiseaux.
Hélas que ne puis-je te suivre
Vers ce pays lointain d’où le sort m’exila
C’est là, c’est là que je voudrais vivre
Aimer, aimer et mourir
C’est là que je voudrais vivre
C’est là, oui c’est là.

Sous les palétuviers… tu viens ?

Cet article est le n°6 sur 8 de la série Les recalés aux bacs

Sous les palétuviersChers lecteurs, j’ai le grand plaisir de mettre en vedette aujourd’hui une de mes chansons préférées : « Sous les palétuviers« . Morceau de choix pour artistes virtuoses à la diction impeccable ! Comme j’aimerais savoir la chanter ! Mais comme c’est trop trop trop difficile ! Allez, carrément impossible, pour moi en tout cas !

Commençons donc par les interprètes originaux de ce chef-d’oeuvre : Pauline Carton et Koval, en 1934… Nous raconterons l’histoire de cet opus juste après.

Tiré de l’opérette « Toi c’est moi », ce duo savoureux met en scène une Tante Honorine et un directeur de plantation. Pas vraiment de lien avec l’intrigue de la pièce mais bon, ne boudons par notre plaisir, c’est très bien ainsi !

Voici une autre version (clip pas très bien synchronisé…), toujours avec Tante Honorine Carton 😉 … Mossieu André Berley est le directeur de la plantation, dans une adaptation filmée de « Toi c’est moi » en 1936.

Pour en savoir plus… Je cite l’ouvrage très érudit de Florian Bruyas, « Histoire de l’opérette en France » :

ToiCestMoi« Le Théâtre des Bouffes Parisiens fit un coup de maître en créant, le 19 septembre 1934, « Toi c’est moi », opérette en deux actes et onze tableaux de Henri Duvernois, « lyrics » de Bertal-Maubon et Champfleury, musique de Moïse Simons (compositeur cubain) […]. C’était une « comédie musicale » dont les rythmes plus ou moins exotiques apportaient une note plus moderne, plus à la mode dans les danses pratiquées à cette époque. Au charleston, à la biguine déja tant exploitées, Simons préférait les sambas, les rumbas et une danse encore plus nouvelle, la « conga », qu’il fut sans doute le premier à introduire en France […]. Pauline Carton, absolument inimitable dans le rôle de la tante Honorine et que le public ne cessait de rappeler avec insistance après son duo des palétuviers avec Koval […]. L’opérette « Toi c’est moi » se joua longtemps avec grand succès et ses principaux airs furent diffusés par les orchestres de dancing et par la radio pendant plusieurs années. »

Pour les vrais amateurs ! Sur Youtube la version intégrale du film de René Guissart !

Avançons un peu dans le temps… et voici une reprise par Marie Laforêt et Alain Weill (grand spécialiste de la chanson française).

Jacques Martin et Diane Dufresne (ce clip ne peut être vu que directement sur YouTube). Cliquer le lien ou l’image ci-dessous.

DianeJacques

 

 

 

 

Le quatuor vocal Chanson Plus Bifluorée

Extrait d’une mise en scène de l’opérette « Toi c’est moi », par la troupe Les Brigands

Génial !

Toi c'est MoiAh le site « Encyclopédie multimedia de la comédie musicale théâtrale en France«  ! une véritable mine d’or ! Rendez-vous compte ! on y trouve absolument tout, concernant « Toi c’est moi » :
– des photographies
– les critiques et articles de presse d’époque
– de très nombreux enregistrements sonores, d’époque eux aussi !
– des vidéos, des émissions de radio (avec notamment l’émission de France Musique « Etonnez moi Benoît » consacrée à la reprise sur scène de cette opérette, en 2005, et l’enregistrement intégral ORTF Radio lyrique en 1971) !
– la liste des enregistrements par des interprètes n’ayant pas participé à la création

A quand une version karaoké ?

Ah oui les paroles ! Elles sont exceptionnelles non ? Je n’ai pas trouvé d’animation vidéo karaoké… Dommage !

[Pedro]:
L’amour, ce fruit défendu
Vous est donc inconnu ?
Ah ! Cela se peut-il,
Joli petit bourgeon d’avril ?

[Honorine]:
Ah ! Je ne l’ai jamais vu,
Jamais vu ni connu,
Mais mon cœur ingénu
Veut rattraper, vois-tu,
Tout le temps perdu !

[Pedro]:
Ah ! Rien ne vaut pour s’aimer
Les grands palétuviers,
Chère petite chose !

[Honorine]:
Ah ! Si les palétuviers,
Vous font tant frétiller,
Je veux bien essayer…

{Refrain:}
[Pedro]:
Ah ! Viens sous les pa …

[Honorine]:
Je viens de ce pas,
Mais j’y vais pas à pas !

[Pedro]:
Ah ! Suis-moi veux tu ?…

[Honorine]:
J’ te suis, pas têtu’,
Sous les grands palétu …

[Pedro]:
Viens sans sourciller,
Allons gazouiller
Sous les palétuviers

[Honorine]:
Ah ! Sous les papa papa
Sous les pa, les létu,
Sous les palétuviers …

[Pedro]:
Ah ! Je te veux sous les pa,
Je te veux sous les lé,
Les palétuviers roses …

[Honorine][Pedro]:
Aimons-nous sous les palé,
Prends-moi sous les létu,
Aimons-nous sous l’évier !…

{Fin du Refrain}

{2ème couplet:}

[Pedro]:
Ah ! Ton cœur me semble encor’
Hésiter cher trésor,
Mais je veux tout oser
Pour un p’tit, tout petit baiser !

[Honorine]:
Un vertige m’éblouit ,
Un baiser c’est exquis ! …
Même un p’tit tout petit,
Je crains d’être pour lui
L’objet du mépris !…

[Pedro]:
Non, le mépris, je t’en prie,
Ce n’est pas dans mes prix,
Car je suis pris, mignonne !…

[Honorine]:
Ah! mon coeur est aux abois,
Tu peux prendre ô mon roi,
Mon corps au fond des bois …

{au Refrain}

{3ème couplet:}

[Pedro]:
Près des arbres enchanteurs
Viens goûter les senteurs
Ce cocktail où se mêlent
Le gingembre avec la cannell’

[Honorine]:
Oui c’est l’effet du tropique
Qui me pique, pic, pic, pic…
Je sens les muscadiers,
Je sens les poivriers
Et les bananiers !…

[Pedro]:
Le parfum des néfliers
Et des doux pistachiers
N’ vaut pas l’étuvier tendre …

[Honorine]:
Tous ces arbres tropicaux
Vous incitent aux bécots,
Allons-y mon coco !…

{au Refrain}

Si je comprends bien
Tu me veux mon chien
Sous les grands palé…
Tu viens !…

Tiens rev’là POOM !

Cet article est le n°5 sur 8 de la série Les recalés aux bacs

Quand notre coeur refait POOM !

POOM ? Souvenez vous, il y a quelques mois, nous avions publié un article sur ce duo pop français dont nous sommes très fan !
Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  Des nouvelles  le duo french pop Poom super une nouvelle vidéo qui s'appelle Les Voiles

En attendant que sorte LE CD, nous avons le plaisir de vous présenter leur superbe nouveau clip vidéo 🙂 ! Ils mettent « Les voiles » avec une sacrée classe !

 

Longue vie à Poom ! vivement l’album ! Visitez leur site… c’est chic !

Et lisez cet article sur le site de Konbini.

 

Samedi c’est mariage !

Cet article est le n°4 sur 8 de la série Les recalés aux bacs

C’est Samedi ! Samedi de Juin… peu de monde à la discothèque. Eh oui Samedi de Juin forcément tout le monde a qui un mariage qui une communion qui un caddie à remplir et que sais-je encore ?

Samedi BDP banda della posta vinicio capossela groupe xxxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxx Vinicio Capossella est né à Hanovre le 14 décembre 1965. C’est un chanteur-compositeur et multi-instrumentiste italien. Peu après sa naissance, sa famille rentre en Italie et s’établit en Emilie-Romagne. Très inspiré par la littérature  et la culture underground américaine, il se produit d’abord dans des clubs de sa région. Remarqué par Francesco Guccini, il sort son 1er album All’Una E 35 Circa en 1990. On le compare dès lors à Tom Waits pour son mélange de cabaret, rock et jazz, mâtiné bien sûr de folklore italien. Le succès international viendra en 1994 avec l’album Camera a Sud.  De plus en plus, ses albums seront marqués par de fortes références littéraires et cinématographiques, comme par exemple en 2006 dans Canzoni a Manovella, où sont cités Céline et Jarry.

Marions les !

Jour de mariage ? Idée : partager cette adorable vidéo ! Ambiance mariage en Italie, années… quoi… 1950 ? Les musiciens c’est La Banda della Posta, groupe constitué par le génial Vinicio Capossela (dont il sera question dans un prochain billet…). Hélas aucun enregistrement de la joyeuse Banda n’est disponible chez notre fournisseur. Donc, nous intégrons cet article dans notre série des « recalés aux bacs » !

Primo ballo


Lien : disques de Vinicio Capossela à la discothèque

Samedi Vinicio Capossela BDP banda della posta vinicio capossela groupe xxxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxxxx Vinicio Capossella est né à Hanovre le 14 décembre 1965. C’est un chanteur-compositeur et multi-instrumentiste italien. Peu après sa naissance, sa famille rentre en Italie et s’établit en Emilie-Romagne. Très inspiré par la littérature  et la culture underground américaine, il se produit d’abord dans des clubs de sa région. Remarqué par Francesco Guccini, il sort son 1er album All’Una E 35 Circa en 1990. On le compare dès lors à Tom Waits pour son mélange de cabaret, rock et jazz, mâtiné bien sûr de folklore italien. Le succès international viendra en 1994 avec l’album Camera a Sud.  De plus en plus, ses albums seront marqués par de fortes références littéraires et cinématographiques, comme par exemple en 2006 dans Canzoni a Manovella, où sont cités Céline et Jarry.

 

Les anciens billets »