Révisons nos classiques Archives - TUNER DE BREST : TUNER DE BREST

TUNER DE BREST

Le site "multi-méd" des Bibliothèques de Brest

Vous avez dit classique #12 – Alice Liddell !

Cet article est le n° sur 12 de la série Révisons nos classiques

Les 150 ans d’Alice

 

Le saviez-vous ? Alice a 150 ans ! oh, non pas la petite Alice Liddell (*), dont vous voyez le portrait ci-dessous ! 2015 est l’année du cent-cinquantième anniversaire de la parution de « Alice au Pays des Merveilles » de Lewis Caroll. Mimie et Paulette ne pouvaient faire autrement que de consacrer leur dernier épisode de l’année à ce chef-d’oeuvre du merveilleux, et de la littérature mondiale Mesdames Messieurs ! D’ailleurs il était temps de célébrer car sinon nous aurions fêté son cent-cinquante-et-unième anniversaire, en 2016 🙂 !

Alice Liddell New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New

Alice Liddell, photographie Lewis Carroll

(*) Alice Liddell est la dédicataire des deux oeuvres de Lewis Carroll (Alice au pays des merveilles, De l’autre côté du miroir). Vous aurez tous les détails en regardant cette vidéo !

Lewis Carroll : Alice au pays des merveilles

Un clic pour démarrer la lecture de la vidéo made in Bibliothèques de Brest, ci-dessous, et hop c’est parti 🙂 !

 

Exposition 150 ans d’Alice… à la British Library

Une visite virtuelle sur les pages consacrées à la superbe exposition consacrée à « Alice in Wonderland« , à la British Library, s’impose ! L’exposition réelle est visitable jusqu’au 17 avril 2016.

AliceBL

On a aussi parlé de…

Snif01Small

Bonnes fêtes à tous ! de la part de Mimie et Paulette !

Révisons nos classiques #11 Charles Dickens

Cet article est le n°12 sur 12 de la série Révisons nos classiques

Notre ami Dickens

Jacques Roumain Gouverneurs de la rosée New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New

Charles Dickens : Un ami commun. – Ed. Oxford World’s Classics

Les deux derniers épisodes 2015 de « Révisons nos classiques » seront anglais ! Allez savoir pourquoi, l’Angleterre, surtout l’Angleterre du XIXe siècle, nous évoque les Noëls londoniens, avec les choeurs de l’Armée du salut au coin de chaque rue, les magasins foisonnants de lumières et de choses de Noël, les spécialités culinaires, les oies roties ou farcies, les puddings, les marrons chauds, les décorations… et l’héritage littéraire laissé par un certain Charles Dickens, avec son merveilleux « A Christmas Carol / Un chant de Noël ». C’est justement de Dickens que vous entretiendront aujourd’hui Mimie et Paulette, et plus particulièrement de son dernier roman achevé : Un ami commun.

Charles Dickens : Un ami commun. – Gallimard, 1991. – (Bibliothèque de la Pléiade ; 373)

 

Un clic pour démarrer la lecture de la vidéo made in Bibliothèques de Brest, ci-dessous, et hop c’est parti 🙂 !

Quelques mots d’Italo Calvino…

qui a consacré un chapitre à « Un ami commun » dans son livre « Pourquoi lire les classiques ?« 

« Pour nous, ce roman est un chef-d’œuvre absolu, autant pour l’invention que pour l’écriture. Comme exemples d’écriture, je rappellerai non seulement les métaphores foudroyantes qui définissent un personnage en situation (« ‘Quel honneur’, dit la mère, offrant à embrasser une joue aussi sensible et affectueuse que la partie convexe d’une cuillère »), mais aussi les morceaux descriptifs dignes d’entrer dans une anthologie du paysage urbain :

Rien de moins encourageant que l’aspect de la Cité de Londres en automne, par une soirée grise et poudreuse. Les comptoirs et les magasins fermés ont un air de mort ; l’effroi national qu’inspire la couleur met tout en deuil. Les églises, que des maisons pressent de toute parts, les clochers et les tours, sombres et enfumés, se confondant avec un ciel de plomb qui semble tomber sur eux, ne diminuent pas la tristesse de l’effet général. Un cadran solaire, tracé sur le mur d’un temple, paraît, dans son ombre inutile, avoir manqué son entreprise et suspendu ses payements pour toujours. Des portiers et des ménagères, épaves mélancoliques, balayent dans le ruisseau de mélancoliques épaves : chiffons de papier, débris de cuisine, riens de toute espèce, que d’autres épaves mélancoliques, attentives et courbées, fouillent, retournent, examinent dans l’espoir d’y ramasser quelque chose qui pourra se vendre. Le flot humain qui s’échappe des rues désertées ressemble à une bande de prisonniers sortant de la geôle ; et Newgate paraît aussi bien convenir au puissant lord-maire que le palais qu’il habite. (traduction Loreau, 1885)

Un autre motif encore pour lequel ce roman est considéré comme un chef-d’œuvre, c’est la représentation d’un tableau social très complexe. Kettle polémique avec George Orwell, qui, dans une célèbre analyse « de classe » des romans de Dickens, a montré que ce que Dickens visait ce n’était pas les maux de la société mais ceux de la nature humaine »

Révisons nos classiques ! #10 En Haïti

Cet article est le n°11 sur 12 de la série Révisons nos classiques

Haïti terre littéraire

Jacques Roumain Gouverneurs de la rosée New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New
Pour notre dixième épisode de « Révisons nos classiques« , Mimie et Paulette nous font découvrir un fleuron oublié de la littérature haïtienne. Un grand roman d’amour, un grand classique tout simplement, écrit par un écrivain magnifique : Jacques Roumain.

Jacques Roumain : Gouverneurs de la rosée. – Zulma, 2015

 

Un clic pour démarrer la lecture de la vidéo made in Bibliothèques de Brest, ci-dessous, et hop c’est parti 🙂 !

Pour en savoir plus…

Un film documentaire sur Jacques Roumain

 

 

Révisons nos classiques ! #9 Parlez pas d’Mahler ?

Cet article est le n°9 sur 12 de la série Révisons nos classiques

Lieder merveilleux de Mahler…

Mahler Révisons nos classiques #9 Gaucho New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New
Avec cette 9ème livraison de « Révisons nos classiques« , Mimie et Paulette abordent LA GRRRRRRANDE MUSIQUE ! Aujourd’hui allons aux champs en chansons (ou « Lieder » en allemand…) avec le grand symphoniste Gustav Mahler

 

Gustav Mahler : Des Knaben Wunderhorn (Le cor enchanté de l’enfant)

Entre 1888 et 1901, Gustav Mahler adapte, pour voix et piano, et surtout pour voix et orchestre, 24 poèmes choisis dans le recueil de chants populaires (Volkslieder) Des Knaben Wunderhorn, poèmes et chants compilés au début du XIXème siècle par Clemens Brentano et Achim von Arnim.

 

Un clic pour démarrer la lecture de la vidéo made in Bibliothèques de Brest, ci-dessous, et vous en saurez et entendrez un petit peu plus sur ce chef-d’oeuvre 🙂 !

Pour écouter et apprécier encore mieux…

Nous avons repéré pour vous un document passionnant, très complet et très accessible, proposé par le réseau des médiathèques de Vincennes. Il s’agit du dossier d’une conférence d’écoute, animée par Emmanuel Calef, chef d’orchestre.

Quelques références

2 disques compacts proposés pour « Des Knaben Wunderhorn » de Gustav Mahler

  • l’un dirigé par Philippe Herreweghe, Orchestre des Champs Élysées ; Sarah Connolly, Dietrich Henschel, chant. – Harmonia Mundi, 2006
  • l’autre dirigé par Pierre Boulez, Cleveland orchestra ; Madgalena Kožená, Christian Gerhaher, chant. – Deutsche Grammophon, 2015

1 DVD : essai sur Mahler par Leonard Bernstein

  • The little drummer boy : an essay on Gustav Mahler réalisé par Peter Butler ; Leonard Bernstein, participant et direction d’orchestre. – Deutsche Grammophon, 2007

Bonus Vidéo

Un extrait de
« Des Knaben Wunderhorn » dirigé par Philippe Herreweghe : Das himmlische Leben (La vie céleste)

« The little drummer boy », ou Mahler expliqué par Leonard Bernstein, visible ici dans cette playlist YouTube

Révisons nos classiques ! #8 Balzac au féminin

Cet article est le n°10 sur 12 de la série Révisons nos classiques

Balzac féministe ?

Balzac Révisons nos classiques #7 Gaucho New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New New
Le géant Balzac serait-il féministe ? En tout cas il nous bluffe en faisant parler à la première personne du singulier ses deux héroïnes dans ce roman épistolaire d’une infinie délicatesse, et en plus il dédie son oeuvre à George Sand. A ces deux demoiselles, (qui sortent tout juste du couvent au moment où débute leur correspondance), il prête un esprit très affûté, à la sage Renée de Maucombe comme à la fantasque Louise-Armande-Marie de Chaulieu. Paulette saura-t-elle vous convaincre ? LISEZ CE LIVRE 🙂 !

 

Honoré de Balzac : Mémoires de deux jeunes mariées

Ah oui ! Et c’est une nouvelle causerie littéraire (la huitième ! ) proposée par Mimie et Paulette, bibliothécaires à Brest même 🙂 !

Les anciens billets »